Démarche


Conceptuelle
Je m'intéresse à la réalité de l’être. Son coeur, son âme, son esprit et son corps. Plus précisément, à la remise en question de cette réalité, qui n’existe que parce qu’on la fait exister. Je veux transporter le spectateur là où les codes de nos perceptions émotives et sensorielles sont biaisés, altérés. Pour y arriver, j'explore cet écart entre le tangible et l'irréel, dans le but de découvrir où se trouve le point de rupture, ce moment où la réalité bascule, où nos sens nous mentent, où notre esprit n’est plus sûr de rien. Je tente de fracturer le monde en déconstruisant les sons, les images, les mots, les corps, la matière, alternant l’harmonie et le chaos à la recherche de structures et de symboliques nouvelles et inattendues, avec un souci de beauté et de poésie sans compromis.

Technologique
J'utilise la technologie autant comme outil de création que comme un médium artistique à part entière. À travers ses infinies possibilités autant logarithmiques que matérielles, j’élabore des réseaux complexes de machines et de codes qui me permettent de contrôler de façon précise l’ensemble des éléments médiatiques disponible aujourd’hui. Des interfaces homme-machines qui multiplient mes sens, augmentent mes capacités physiques; à la fois créateurs, maîtres et destructeurs de lumière, de son, de mouvement et de matière. À travers cette relation symbiotique entre le numérique, le corps et le médiatique, je tente de donner à mes œuvres une structure plus fluide dans l’opération et dans l’exécution, jusqu’à laisser place à l'illusion d'un endroit où tous ces éléments font partie d'une réalité organique, vivante, en constante mutation en constante évolution.

Multidisciplinaire

Je privilégie une démarche multidisciplinaire afin de complexifier et multiplier la forme et le sens de mes œuvres. Je confronte autant que j’accorde les différents médiums afin de faire émerger de nouveaux langages artistiques, de nouveaux codes, de nouveaux modes d’expressions. C’est à travers cette recherche pluridisciplinaire que je tente de construire des œuvres puissantes et réelles, en tentant de donner à chaque medium une importance capitale, une complémentarité pour la compréhension et l’appréciation de l’oeuvre. De plus, cette approche m’amène à collaborer avec des artistes et des artisans de multiples autres disciplines, ce qui alimente sans cesse mes recherches et mes créations et constitue un aspect fondamental de ma démarche de travail.

Biographie


À la fois artiste professionnel, concepteur, directeur, intégrateur et technicien, Louis-Robert Bouchard participe depuis plus de 15 ans à de nombreux projets liés à la sphère des technologies, du son, de l’image et de la scène au sein de divers compagnies, organismes, institutions et collectifs, ainsi qu’aux côtés d’artistes professionnels du milieu de la danse, du théâtre, du cirque, de la performance, de la musique, de l'art audio, de l'art visuel, de l'art multidisciplinaire, de l'installation audiovisuelle et de la recherche. Il a travaillé notamment avec Robert Lepage, Édith Patenaude, Marie-Josée Bastien, Jocelyn Pelletier, Hana Abdelnour, Frédéric Dubois, Gilles Arteau, Robert Faguy, Émile Beauchemin, Alan Lake, Le CRue, Geneviève Duong, Daniel Bélanger, Chad E Conception, Catherine Bélanger, Marie-Christiane Mathieu, Jean-Étienne Collin-Marcoux, Isabelle Lapointe, Luke Dawson, Érick D’Orion, Chloé Barabé, Hélène Matte, Simon Dumas, Isabelle Courteau, Thomas Langlois et Edmé-Étienne pour ne nommer que ceux-ci.

Au fil de ces collaborations, il s’est imposé comme une référence en matière de création multidisciplinaire expérimentale, de projection vidéo complexe, de spatialisation sonore et d’interactivité.

En parallèle à sa pratique professionnelle, il développe activement sa pratique personnelle : artiste pluridisciplinaire, il associe technologies, musique, art audio, vidéo, installation et arts scéniques dans le contexte d’œuvres multidisciplinaires complexes et intelligentes. Il a présenté sont travail notamment au festival PHOS de matane, au Printemps numérique de Montréal, à l’Agence TOPO, au FIMAV, à la Chambre blanche, aux Nuits Psychédéliques de Québec et dans divers lieux publiques et petites salles de spectacles de Québec et de Montréal.


Il fonde en 2015 la compagnie de production Interférences (interferences.ca) dont le mandat est de produire des œuvres qui mélangent les arts et les technologies et dont la misson est de démocratiser ce type d’œuvres originales et novatrices. À travers cet organisme, il a réalisé des projets de grande envergure grâce au soutiens de l’Entente de développement culturel de la ville de Québec, notamment son projet de graffiti numérique, et réalisé des mandats pour la JIQ, le Carnaval de Québec, le Morin Center, la Société des arts technologiques, J-EM Évènements et Noctura. Il a su se faire reconnaître par son professionnalisme, sa créativité et son audace, audace qui lui a parfois valu des critiques de journalistes et de clients moins initiés, mais dont il persiste à croire que c’est la meilleure voix pour faire connaitre ce type de création au grand public.